Le Chinois Xiaomi laisse entendre qu’il cherche à construire des voitures

Logo Xiaomi

Le fabricant chinois de smartphones Xiaomi a laissé entendre que les constructeurs de véhicules électriques se tournent de plus en plus vers les voitures pour devenir des appareils intelligents de nouvelle génération.

Dans un dépôt réglementaire en Inde publié mardi, Xiaomi a déclaré qu’il pourrait vendre « tous types de véhicules pour le transport, le transport et autres équipements de transport, qu’ils soient électriques ou tout autre moteur ou énergie mécanique, y compris les composants, pièces détachées » en Inde .

La compagnie n’a annoncé aucun projet concret pour fabriquer des véhicules électriques dans sa Chine natale et a déclaré qu’elle ne cherchait pas actuellement de licence ou d’autorisation pour les produire. « Nous n’avons rien en projet », a déclaré un employé de l’entreprise.

Lei Jun, le fondateur de l’entreprise, s’est prononcé pour la dernière fois sur la possibilité de faire une voiture au début de l’année 2015 – excluant ensuite que cela se produise dans les «trois à cinq prochaines années».

Mais les médias sociaux chinois ont pris cela comme un indice que Xiaomi envisageait une entrée sur ce marché, alors que les entreprises technologiques chinoises cherchaient de plus en plus à appliquer leurs compétences en design et en marketing dans l’industrie automobile.

Les consommateurs chinois connaissent de plus en plus la «connectivité» dans les voitures – être capable de faire des tâches telles que faire du shopping et naviguer sur les réseaux sociaux en déplacement – comme un aspect important dans le choix d’une voiture.

Soixante-quatre pour cent des Chinois interrogés par McKinsey dans une étude publiée le mois dernier ont déclaré qu’ils changeraient les marques pour une meilleure connectivité embarquée, contre 37 pour cent des Américains et 19 pour cent des Allemands. En Chine, « la connectivité est une caractéristique incontournable », indique le rapport.

Les alternatives chinoises aux logiciels de voiture tels que CarPlay d’Apple et Android Auto de Google sont en croissance.

Baidu, la réponse de la Chine à Google, a lancé Baidu CarLife en 2015, qui intègre les smartphones aux écrans d’affichage des voitures et relie l’intelligence artificielle à la reconnaissance vocale.

A propos de Mathieu LECLERC 39 Articles
Passionné d'high-tech, toujours à la recherche de gadgets innovants.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire